COSNAY Marie

Marie Cosnay

Marie Cosnay

 

 

 

Auteur

invitée « A l’ombre des arbres » 2012

http://www.marie-cosnay.fr/
http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-cosnay
http://www.liberation.fr/villes/0101447318-marie-cosnay-38-ans-enseignante-et-ecrivaine-a-contre-courant

 

Marie COSNAY est professeur de lettres classiques, traductrice de textes antiques, et écrivaine. Née à Bayonne en 1965, elle vit et travaille au Pays basque. Elle commence sa carrière de création littéraire aux alentours des années 2000 publiant d’abord dans diverses revues, puis 3 ouvrages chez Cheyne et enfin 4 autres chez Laurence Teper. Elle publie également des livres sous la forme numérique chez Publie.net.

Dernières publications :

– A notre humanité, Quidam éditeur 2012

– Des métamorphoses, Cheyne éditeur 2012

– Comment on expulse, responsabilités en miettes, éditions du Croquant 2011

– Entre Chagrin et néant, réédition, Cadex 2011

– La Langue Maternelle, Cheyne éditeur 2010

– L’allée du bout du monde, Publie.net 2010

CAGNARD Jean

Jean Cagnard

Jean Cagnard


 

Auteur

invité « rencontre-lecture » mai 2012
lecture d’extraits de « Grosses joies », A l’ombre des arbres 2014
lecture et atelier d’écriture A l’ombre des arbres 2016

 
http://www.lr2l.fr/
http://www.1057roses.com/
 

Jean CAGNARD vit et travaille à Soustelle.

La naissance en 1955, pas loin de la mer, tout près de la métallurgie. Plus tard, pas mal de petits boulots, rencontre avec l’écriture, bonjour, des chantiers de maçonnerie, tout en écrivant. Puis les choses prennent leur place, certaines disparaissent, au revoir, d’autres se fortifient, on élargit la vie, écrire est ce qu’il faut faire à tout prix.

Commençant par le roman, poursuivant par la nouvelle, le théâtre s’invite par des adaptations des deux genres précédents, avant de devenir prioritaire. La poésie pendant ce temps trace son chemin librement. Vient la rencontre avec le théâtre de marionnettes et collaboration depuis avec plusieurs compagnies (effigies, installation, vidéos…), par des commandes qui ouvrent sur la relation au plateau. Puis découverte du travail de clown et du théâtre de rue. Enfin plongeon concret dans la mise en scène.

L’écriture est une matière vivante et donc susceptible de rencontrer des univers et des publics différents. Chaque fois un voyage.

Parallèlement, j’anime des ateliers d’écriture en milieu scolaire, associatif et hospitalier et c’est stimulant.

En 2005, création avec Catherine Vasseur de la Compagnie 1057 Roses à vocation de monter certains de mes textes.

Dernière création :

– AU PIED DU FUJIYAMA, compagnie 1057 Roses, mise en scène Catherine Vasseur, 2015

Dernières publications :

– AU PIED DU FUJIYAMA, théâtre, aux éditions Espaces 34, 2015.
– PLANCHER JAPONAIS, roman nerveux et contemplatif, aux éditions Gaïa, 2016

THEATRE

Le funambule approximatif, compagnie de l’Œil Nu, mise en scène Serge Brozille, 1995
Un cerf-volant sur l’avant-bras, France culture I998 ; Théâtre de Poche, mise en scène Philippe Morand et Théâtre du Champ de Bataille, mise en scène Hélène Gay, 2002
Un grand sentiment de cosmonaute, France culture I999
Paroles de pierres, compagnie Mises en scène 2002, mise en scène Michèle Addala
L’homme, l’homme, l’homme et l’homme, Théâtre du Champ de Bataille, mise en scène Hélène Gay 2002
L’avion, Théâtre du Jarnisy, mise en scène Bernard Beuvelot, 2003
La tête des hommes magnifiques, Compagnie Action commedia 2003
Je vous laisse vingt secondes, Théâtre de la Remise 2004
C’est dans ta tête, Théâtre des Treize Vents 2004, mise en scène Cécile Marmouget
Crawl, Compagnie Tybalt , mise en scène Céline Thiou, 2005
L’inversion des dents, Théâtre du Jarnisy, pour l’Encyclopédie de l’Intime, mise en scène Bernard Beuvelot, 2005
La chambre à air, Pour le théâtre d’O, Compagnie 1057 Roses, mise en scène Jean Cagnard, 2007
De mes yeux la prunelle, compagnie 1057 Roses, mise en scène Jean Cagnard, 2008
Cadavres Exquis, compagnie 1057 Roses, mise en scène Catherine Vasseur et Jean Cagnard, 2009
La répartition des mouches, compagnie Mises en scène, mise en scène Michèle Addala, 2010
L’arbre qui a gêné ma logique, compagnie Débrid’arts, mise en scène Judith Arsenault, 2011
La distance qui nous sépare du prochain poème, texte-poème, compagnie 1057 Roses, mise en scène Catherine Vasseur et Jean Cagnard, 2012

THEATRE MARIONNETTES – INSTALLATIONS

Des papillons sous les pas, Compagnie Arketal, mises en scène Arketal, 2000
Sur une chaise renversée, Compagnie Trois-Six-Trente, mise en scène Bérangère Vantusso, 2001
L’entonnoir, Théâtre Exobus, mise en scène Françoise Tixier, 2000
Je pars, Les petites choses, Compagnie Pupella-Noguès, mise en scène Joëlle Noguès, 2002, 2005
Hommes de ma vie en paysages, compagnie et mise en scène Marie-Hélène Dupont, 2003
Les gens légers, Compagnie Arketal, mise en scène Stéphane Bault, 2003
La marche du nain, compagnie Sans Voies, mise en scène David Ferré, 2004
La valise qui contenait des chiens, Compagnie 1057 Roses, conception-réalisation Catherine Vasseur et Jean Cagnard, 2005
Bout de bois, Compagnie Arketal, mise en scène Arketal, 2005
Mon cœur est parti dans mon cheval, Pour le projet « Les retours de Don Quichotte », Compagnie Ches Panses Vertes, mise en scène Sylvie Baillon, 2006
L’endroit jamais, Théâtre Pour Deux Mains, mise en scène Françoise Pillet, 2006
Tarzan in the garden, Marionnettes en chemins, mise en scène Sylvie Baillon, 2008
A Demain ou La route des six ciels, Compagnie Arketal, mise en scène Sylvie Osman, 2008

THEATRE DE RUE

Une douce insulte, pour Embouteillage, compagnie du Festin, mise en scène Anne-Laure Liégeois, 2001
Etats des lieux, compagnie Deuxième Groupe d’Intervention, mise en scène Ema Drouin, 2005
Le mur, (aide à l’écriture) compagnie Un Watt, Sophie Borthwick, l’oeil, 2008
Be Claude, compagnie Un Watt, mise en scène Sophie Borthwick, 2012

CLOWN

Dans ma philosophie, Compagnie Un Watt, Pierre Pilatte ; Sophie Borthwick, l’oeil, 2004

ADAPTATION

Pourquoi j’ai mangé mon père, Compagnie Art Mixte, mise en scène Michel Froehly, 1999

MISES EN SCENE

La valise qui contenait des chiens, Compagnie 1057 Roses, conception et mise en scène avec Catherine Vasseur, 2005
La chambre à air, compagnie 1057 Roses, 2006
De mes yeux la prunelle, compagnie 1057 Roses, 2008
Cadavres Exquis, compagnie 1057 Roses, 2009
La distance qui nous sépare du prochain poème, compagnie 1057 Roses, 2012

BIBLIOGRAPHIE

L’hémisphère d’en face, nouvelles, éditions l’Age d’Homme, Prix Prométhée I990
Le funambule approximatif, roman, éditions Presses de la Renaissance 1992
L’arête centrale du caillou, poésie, éditions Unimuse, Prix Casterman 1996
Un cerf-volant sur l’avant-bras, théâtre, éditions Comp’act 1999
Des papillons sous les pas, théâtre marionnettes, édition Arketal 2000
Une douce insulte, théâtre de rue, éditions Théâtrales 2001
L’homme, l’homme, l’homme et l’homme, nouvelles, éditions Deleatur 2001
Dans le véhicule rouge, nouvelle, éditions Deleatur 2002
De la paille pour la tête, Contes et légendes de la Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon, éditions Monum 2002
Les gens légers, théâtre acteurs et marionnettes, Les carnets de la marionnettes, éditions Themaa-Théâtrales 2004
Vu(es) d’Aurillac, nouvelles, Editions Quelque part sur terre/Festival d’Aurillac, 2005
Bout de Bois, théâtre marionnettes, Editions du Bonhomme Vert, images Martin Jarrie, 2005
Une colère immense et minuscule, théâtre, L’Arsenal numéro 1, 2005
Les gens légers, Théâtre, Editions Espaces 34, 2006
L’avion, suivi de De mes yeux la prunelle, Théâtre, Editions Espaces 34, 2006
Des papillons sous les pas, Théâtre illustré, Peintures Rolf Ball, Editions du Bonhomme Vert, 2007
Itinéraire d’auteur N°10 : Jean Cagnard, Entretien avec Claudine Galéa, Editions La Chartreuse, 2007
L’entonnoir, Théâtre marionnettes, Editions Théâtrales Jeunesse, 2007
Un grand bout de terre humide et farceur, fablier écrit avec les habitants du village de Brassy dans le Morvan, Editions L’abbaye du Jouïr, 2008
L’endroit jamais, Argument poétique, dans Court au Théâtre 2, Editions Théâtrales Jeunesse, 2009
Sur le seuil, recueil de textes écrits dans le centre thérapeutique de toxicomanes de Blannaves, Editions Blannaves, 2009
Le menhir, Editions Théâtrales, 2010, (Finaliste du Grand Prix de Littérature Dramatique 2011)
A Demain ou la route des six ciels, Editions Théâtrales Jeunesse, 2010
Le voyageur liquide, roman, Editions Gaïa, 2011
La distance qui nous sépare du prochain poème, Texte-poème, Editions Espaces 34, 2011
L’escalier de Jack, roman, Editions Gaïa, 2012
Grosses joies, nouvelles, Editions Gaïa, 2014

Plusieurs de ces textes ont été traduits et joués dans leur nouvelle langue, en espagnol, slovaque, roumain, anglais, allemand, chinois.

Jean-Paul MICHALLET

photo Anne Nguyen-Dao

 
 
écrivain

animateur d’ateliers d’écriture
conférencier
modérateur

Né à Boulogne-Billancourt en 1951, il vit près de Nîmes à Parignargues.
 
 
 
 
 
 

Oui écrire ce n’est pas devenir écrivain, mais devenir. C’est peut-être suffisant pour se mettre à écrire. Se mettre à écrire et à animer des ateliers d’écriture. S’y tenir. Je crois que c’est bien cela qui me mène. Un mouvement qui ne cesse pas, qui se déploie et s’engendre. Un mouvement derrière lequel ce qui s’efface ou disparaît, ce qu’on « appelle faussement la vie », laisse venir ou apparaître quelque chose que j’ignore et qui fait vivre élargi. Je le dirai ainsi.

Dernières parutions

Le Monde entier. Roman.

 

La rumeur libre éditions septembre 2019
http://www.larumeurlibre.fr/

couverture le silence

 

 

Le Silence. Roman.

La rumeur libre éditions mai 2015
http://www.larumeurlibre.fr/

 
 
 

– article de Muriel Plantier paru dans Midi Libre le 29/07/2015

– article de Lucien Wasselin dans la revue Europe d’octobre 2015

Ce devait être un de ces soirs de fête. Un parmi tant d’autres. Que me veut-elle ? Je ne me rappelle plus de rien. C’est loin. Trop loin. En vérité je ne veux peut-être pas me rappeler. Se rappeler qui, quoi ? Les filles. Celles du village, celles des environs. Les autres aussi. On s’amusait. Je ne m’attachais à aucune. On allait dans les bois, dans les champs. Sa lettre est signée : Irène. Ce prénom ne me dit rien. Pourtant, c’est certain, elle m’a connu. Ça devait être avant que je quitte la maison, que j’obtienne mon diplôme. Papa travaillait encore à l’usine. Il me disait de profiter de ma jeunesse, de la vie. On buvait sans soif ces soirs-là. C’est ici. Le numéro 19 de cette rue. Le voilà. J’y suis. Pourquoi suis-je là ?

Un monologue, une phrase, une femme. C’est le soir dans un appartement. Des moments qui reviennent pour épuiser Le Silence.

 

couverture Entre nous

 

Entre nous. Roman.

La rumeur libre éditions septembre 2013
http://www.larumeurlibre.fr/

PDF-minus Article de Lucien Wasselin
paru dans la revue « Europe », mai 2014
 

« Entre nous » est le récit dialogué d’une mère, d’un père et d’une jeune femme amoureuse. Il n’y a que leurs voix pour porter le temps passé entre l’enterrement du fils, de l’amant et le repas que les trois personnages vont partager après la cérémonie des funérailles. Dans un restaurant en ville. Les échanges se risquent dans un monde subitement effacé, à reconstituer avec ce qui reste. La succession des prises de paroles ranime les scènes, les souvenirs comme autant de lignes de la vie. La voix de chacun hésite, se perd, se répète dans des mots et des phrases qui nous sont familiers. Elle contient le poids de la douleur, son incompréhension, son impossibilité et toute la solitude de l’amour en proie au deuil. Dans cette adresse à l’autre, la voix intérieure prend parfois le ton d’un monologue irrépressible. Au fil du texte le travail des échanges fait son œuvre jusqu’à tisser la trame d’un apaisement.

Jean-Paul Michallet nous engage dans un récit construit dans le sillon de textes qui ont donné à entendre ce que Derrida a appelé la voix phénoménologique. Grandes pièces de la littérature comme dans Ulysse de Joyce, ou encore dans l’œuvre de Nathalie Sarraute.

 

livre_atelier_2
 
 
L’atelier d’écriture : voies et détours.

Essai. Lucie Editions octobre 2012
 
 
 
 
 

C’est à partir, d’un travail régulier d’animation d’ateliers d’écriture, mené depuis 1993 (particulièrement à la Boutique d’écriture de Montpellier depuis 1995) en direction de publics différents que l’écriture de ce livre, son désir se sont imposés.

Son projet est moins, bien sûr, d’arrêter une définition de l’atelier d’écriture que d’en poser, aujourd’hui, les enjeux, les objectifs, les formes, les applications (…)
C’est un livre de partage, d’expériences, d’expérimentations.
Il n’y pas, ici, la volonté parce que bien sûr c’est une impossibilité d’être exhaustif. Ce livre est un outil pour tous, pour chacun.

La vie rêvée de Dario Moreno – Editions Laurence Teper – 2008
Le silence. Editions Comp’AcT – 2002
http://remue.net/cont/michallet.html
Une cave. Editions Cent Pages – 1989
Gouache. Editions Comp’AcT – 1996

livre_Moreno_2

Jean-Paul Michallet anime des entretiens, des conférences, des ateliers et des stages d’écriture depuis vingt ans dans l’éducation nationale, à l’université, en milieu carcéral, en hôpital psychiatrique, pour la Boutique d’écriture de Montpellier, pour l’association Au Pied de la Lettre …

 

Stages de lecture à voix haute

PROCHAINS STAGES :

Week-ends animés par Arnaud Laurens

Mairie de Parignargues – Salle du conseil

dernier week-end en 2019 : 30 novembre et 1er décembre

[et en 2020 : 1 et 2 février / 7 et 8 mars / 25 et 26 avril]

Horaires : le samedi de 14h à 18h / le dimanche de 10h30 à 17h30
Prix : 60€ + adhésion association 10€ (saison 2019/2020)
INSCRIPTION NÉCESSAIRE par mail ou par téléphone : 06 77 06 34 49 (Brigitte Bouchu)

Cette saison, nous travaillerons encore différents textes sous forme d’exercices de style, toujours avec le projet que chacun ait à sa disposition plusieurs couleurs dans sa palette d’interprète.

Je choisis volontairement un – texte/terrain de jeux – propice à différentes mises en situation, afin d’appréhender une multitude de jeux de langage.

Dans ce cadre, nous continuerons à travailler les lectures chorales, ce que j’appelle la mise en partition d’un texte, afin de cultiver le goût du partage d’un texte, explorant les particularités de chaque voix, jouant des timbres et des grains propres à chacun.

Arnaud Laurens

Pour le week-end de novembre, nous travaillerons sur :

« Les estivants », une pièce de théâtre de Maxime Gorki.
Traduction André Markovicz
Edition « Solitaires Intempestifs »

Il faudra vous procurer cette édition.

Comme chaque été, Bassov et sa femme Varvara retrouvent leurs amis dans une datcha en bord de mer.

En retrait du monde, se réunissent ainsi une quinzaine d’individus oisifs qui emploient leurs journées à échanger sur l’amour, la mort, l’art ou la révolution. Mais deux nouveaux personnages, une intellectuelle engagée, Maria Lvovna, et un poète en panne d’inspiration, Chalimov, vont bousculer l’équilibre des vacanciers, obligeant les uns et les autres à prendre position. Après deux mois de villégiature loin de la ville et de ses faux-semblants, les langues se délient, les rancœurs affleurent et les conflits sous-jacents se font jour. Fils d’un monde crépusculaire, au seuil d’une ère à venir, ces estivants révèlent leur vérité nue dans la tension d’une existence en devenir.

Maxime Gorki, l’auteur
Alors que depuis 1900 la présence de Maxime Gorki (1868-1936) s’affirme dans l’opposition, l’auteur russe se consacre à l’écriture de pièces engagées, parmi lesquelles Les Bas-Fonds (1902), qui rencontrent un immense succès, non seulement en Europe mais aussi aux États-Unis. Encouragé par Tchekhov à poursuivre dans le théâtre, il choisit en 1904 d’aborder le thème de la villégiature dans un drame en quatre actes. Gorki dépeint dans Les Estivants le quotidien d’une intelligentsia issue du peuple et qui s’est coupée des réalités d’une société malmenée par l’histoire. Prenant ses distances avec le théâtre à thèse et le théâtre symboliste du tournant du siècle en Russie, Gorki provoque le spectateur, le force à réagir et à décrypter dans cette société un sens détaché de toute résignation.

 Lors des week-ends du 1er semestre, nous avons travaillé sur :

        

Arnaud Laurens chef d’orchestre de la lecture à voix haute.
Un article de Elisabeth Begod, paru dans MIDI LIBRE, avril 2019

Jürgen est venu spécialement d’Allemagne mais d’autres arrivaient de Paris, d’Ardèche de Montpellier et d’ailleurs pour participer au stage de lecture à voix haute organisé par l’association Au Pied de la Lettre. C’était à Parignargues les 6 et 7 avril et une douzaine de personnes a profité des outils analytiques et techniques donnés par Arnaud Laurens pour travailler une lecture: « j’essaye de donner aux participants les clés d’un travail d’investigation des textes pour construire une lecture dans son ensemble ».

Arnaud est comédien, metteur en scène et compositeur de musique de théâtre, et mène depuis 6 ans des ateliers de lecture à voix haute. « Il s’agit d’apprendre à porter un texte à un public d’auditeurs en tenant compte de l’implication du corps dans la lecture, et de trouver une correspondance entre le texte travaillé et la restitution à voix haute ». Les stagiaires ont en commun d’aimer la lecture, d’être tous sensibles à la transmission des textes, à l’écriture et à la littérature. « C’est une bonne façon pour nous de rencontrer des auteurs par ce biais, et d’apprendre à savoir lire en public ».

Arnaud Laurens le musicien met en avant le rapport musical à la lecture, « une voix dans un espace ayant quelque chose d’acoustique » selon lui. Des lectures en solo ou à voix multiples sont abordées, reprises en chœur ou en quatuor. Arnaud devient chef d’orchestre de découpages de textes d’auteurs et coordonne la voix, le souffle et l’énergie.

Metteur en scène il propose des « terrains de jeux plus ou moins didactiques et pédagogiques où chaque auteur a sa langue ». Quant à Arnaud le comédien, il enseigne à trouver le dynamisme et l’énergie adéquats en parallèle aux auteurs et aux époques, et selon les vocations théâtrales ou littéraires des textes lus.

Créée autour des ateliers d’écriture, l’association Au Pied de la Lettre organise plusieurs manifestations sous différentes formes en invitant des auteurs et des éditeurs pour rencontrer des lecteurs. 4 à 5 stages de lectures par an ont lieu. « Un scénario de film imaginaire écrit par l’un des membres, Jacques Peslier, a même servi de support de travail l’an dernier » indique Brigitte Bouchu administratrice de l’association. Contact : aupieddelalettre.gard@orange.fr